Idée Verte 1: Les pelouses?

     C'est la symphonie des tondeuses aujourd'hui, j'en ai mal à la tête. Parmi mes idées vertes qui font du bruit, qui ouvrent la porte sur des débats et des conversations intéressantes, j'ai celle de la vie sans tondeuse. Même pas une tondeuse électrique ou "mécanique" (sans électricité), non, SANS tondeuse.

     La première réaction que j'ai toujours, c'est cette vision de la nature "sauvage" qu'il faut dompter, qu'il faut "civiliser". On ne peut pas vivre sur un terrain de foin, on ne peut pas vivre dans les herbes folles, il faut nécessairement tondre! Et je suis relativement d'accord avec ça.

     Relativement, puisque derrière mon école primaire, à l'époque, il y avait une pommeraie accessible où l'herbe n'était pas coupée (en tout cas, les premières années) et c'était juste super! de se promener dans les hautes herbes, de s'assoir et d'être complètement submergée par cette nature d'herbes folles, caché au cœur de notre Mère-Terre. Et c'est sans parler des boisés ou des prés d'herbes folles et fleurs sauvages dans lesquels j'ai aimé me promener.
     De beaux souvenirs, vraiment! Mais je n'aimerais pas ce genre de végétation devant ma maison, quand même... ;o)

     Non, mon idée de "sans tondeuse" va plus loin que ça. Elle vient de cette question simple: pourquoi choisit-on par défaut du gazon? Pourquoi veut-on "le terrain de golf" à l'anglaise, devant chez-soi?

       Il existe d'autres plantes, qui elles ne poussent jamais tellement haut. Comme le trèfle. Comme le thym. Ce sont d'ailleurs deux plantes parfois utiliser pour les pelouses. Le trèfle fait de petites fleurs blanches qui attirent les papillons (et les guêpes, bon d'accord). Et le thym, lui, dégage un parfum intéressant. 



      Le thym (Thymus vulgaris.), plante médicinale, est d'ailleurs très intéressant comme antibactérien à large spectre, fort utile comme expectorant (débouche les voix respiratoire) et comme digestif.

     Aucun, le thym ou le trèfle, ne nécessite de tonte. Et il doit exister d'autres plantes encore qui ne me passent pas immédiatement par la tête pour ce même genre d'usage. 



 
     Moins d'efforts, plus de temps pour le loisir, moins de bruit dans le voisinage et surtout, moins d'utilisation d'énergie (pétrolière ou électrique). Je n'ai toujours pas de terrain où planter quoique ce soit... mais il y a des années que je dis que si j'ai un terrain, ce ne sera pas une pelouse de gazon, mais de trèfle ou de thym que j'aurai! :)

***

Ajout 15 avril 2014

     Depuis que j'ai écrit cet article en été 2012, bien des choses se sont passés et bien entendu, mes idées ont aussi évoluées!

    
Les pelouses resteront des espaces extérieurs agréables; parce qu'elles sont vertes, naturelles et vivantes, elles seront toujours mieux que des par-terre d'asphalte ou de béton... ou de céramique, etc. J'ai une préférence pour les arbres, mais on doit s'entendre qu'on ne peut pas mettre du sous bois partout! Et donc, la pelouse s'impose...

      Pourquoi s'imposte-t-elle, au fait? Pourquoi "la pelouse" (gazon, trèfle, thym... peu importe) par défaut? Depuis l'écriture de cet article, je suis tombée sur un nouveau concept qui a révolutionnée ma façon de penser: quel perte d'espace! On crie famine! et pauvreté! partout, mais derrière, on couvre les espaces... de pelouse, alors qu'on pourrait utiliser cet espace pour cultiver! 

     Le concept que j'ai connu à l'automne 2012 devient de plus en plus populaire: les « paysages comestibles » (de l'anglais «edible landscape»). Que ce soit sur le terrain avant des maisons (qu'on utilise habituellement jamais; on préfère généralement l'intimité de la cours arrière pour jouer, se baigner, lire en paix, recevoir nos amis autour du barbecue...), sur le terrain des écoles, des églises, bref, partout où il y a un terrain public en pelouse où il faut passer la tondeuse: quelle perte d'espace! Et même, des restaurants qui ont suffisamment de terrain ont commencés à faire pousser leurs fines herbes fraiches, fruits et légumes.

     Je vous met ici la vidéo qui m'a inspirée: un TED talk de Pam Warhurst (en anglais, sous-titrée en français si vous choisissez l'option « Subtitles » puis « French » au bas et à droite de la fenêtre de la vidéo), mais je vous assure qu'il existe pleins de vidéos de personnes différentes qui font la même chose! Le mouvement est fort, c'est la nouvelle tendance! :) 
     Voici ici un autre exemple avec la vidéo « Jardiniers Clandestins » des efforts locaux et communautaires dans ce sens, pour créer des jardins urbains.

 Le mouvement « Incroyables Comestible » au Québec (Drummondville)

 « Les Incroyables Comestible » en plein Paris

    Si vous avez d'autres exemples, en vidéo, des articles, si vous faites vous-mêmes de l'aménagement de paysages nourricier, faites-moi parvenir les liens et je les ajouterai avec plaisir! :)


***

Ajout 10 Juin 2014

Suivant le lien ici, un mini-article sur Radio-Canada qui mène à une capsule audio-radio sur le projet d'une étudiante en à la maîtrise en design de l'environnement de l'UQAM, Julie Chouinard, et son projet « CRAPAUD » (Collectif de recherche en aménagement paysager et agriculture urbaine durable), qui a une explication très simple à « Qu'avez-vous contre la pelouse? » et « Quelles solutions proposez-vous pour remplacer les pelouses? » 



***

Les autres articles « Les Idées Vertes »:

  1. Les pelouses
  2. Les voitures à l'eau
  3. Objectif "Zéro déchets" 
  4. Le chanvre, écologique et multiusages 
  5. Maisons écologiques: « Qu'est-ce qu'un Earthship? »
  6. Charte de "compagnonnage" pour la planification de jardin.

1 commentaire:

  1. Pour références personnelles, des commentaires sur facebook: https://www.facebook.com/demie.lecompte/posts/186550844811852?notif_t=feed_comment

    RépondreSupprimer