Documentaire: Zeitgeist, Moving forward (3)

     La série de documentaire indépendant « Zeitgeist », réalisé par Peter Joseph, sont des incontournables pour tous activiste du système monétaire et politique. Les films 2 et 3 ajoutent en plus une vision d'un future durable et écologique, ou l'humain pourrait prospérer en tant qu'espèce.
     Ces films sont différents en tous points: le choix des images, ils soulèvent beaucoup de questions, pour la plupart des tabous qu'on n'aime pas trop regardé et pourtant, il le faut. Ces films sont très controversés. Pour certains, ils sont choquant. Pour d'autres, ils sont révélateurs, ils sont source d'éveil. 

   

 

      Voici une citation qui est souvent répétée par l'auteur des films. 
     Le premier de la série a été étiqueté comme "propagandiste" et il est vrai qu'il tient ce ton. Pourtant, les deux suivants sont plutôt un message d'ouvrir les yeux sur le monde tel qu'il est devenu et tente d'apporter des solutions qui sortent de la boîte.
     Je ne suis pas nécessairement 100% en accord avec tous ce qui est dit dans ces films, mais il reste que la série des Zeitgeist sont pour moi d'une certaine influence.
     Chaque film est d'une durée approximative de 2 heures.
     Examinons-les un à un.

 Zeitgeist, Moving forward (3)

(2011)

 


en anglais, 2 heures 40 minutes

     La première partie "Human nature" (nature humaine) fait le tour de la question des fondement humain. Sommes-nous, par génétique, "codé" à être violent? ou d'avoir un comportement criminel? des addictions, comme la drogue? Débutant avec la grossesse, on regarde tout le développement humain, les impacts du stress et de son environnement.
     La deuxième partie "Social pathology" remonte aux fondateurs philosophiques du présent système John Locke et Adam Smith. On fait ensuite la critique du système de surconsommation, on parle de l'obsolescence programmée, un effet secondaire du "marché économique". On explique un peu plus en profondeur le système dans lequel nous vivons présentement.
     La troisième partie "Project Earth" est réservée, encore une fois, à Jacques Fresco et "The Venus Project", cette fois avec une meilleure explication d'une économie basée sur les ressources naturelles et comment celle-ci pourrait aider l'humanité à prospérer à la fine pointe de la technologie, tout en restant écologique et harmonieux avec la nature.
     La quatrième partie "Rise" (naissance, ou élévation) parle de l'absurdité de continuer un système dépendant au pétrole. Il parle aussi de la "violence de la pauvreté" que crée un tel système.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire