Documentaire: Zeitgeist, the movie (1)

     La série de documentaire indépendant « Zeitgeist », réalisé par Peter Joseph, sont des incontournables pour tous activiste du système monétaire et politique. Les films 2 et 3 ajoutent en plus une vision d'un future durable et écologique, ou l'humain pourrait prospérer en tant qu'espèce.
     Ces films sont différents en tous points: le choix des images, ils soulèvent beaucoup de questions, pour la plupart des tabous qu'on n'aime pas trop regardé et pourtant, il le faut. Ces films sont très controversés. Pour certains, ils sont choquant. Pour d'autres, ils sont révélateurs, ils sont source d'éveil. 

    

 

      Voici une citation qui est souvent répétée par l'auteur des films. 
     Le premier de la série a été étiqueté comme "propagandiste" et il est vrai qu'il tient ce ton. Pourtant, les deux suivants sont plutôt un message d'ouvrir les yeux sur le monde tel qu'il est devenu et tente d'apporter des solutions qui sortent de la boîte.
     Je ne suis pas nécessairement 100% en accord avec tous ce qui est dit dans ces films, mais il reste que la série des Zeitgeist sont pour moi d'une certaine influence.
     Chaque film est d'une durée approximative de 2 heures.
     Examinons-les un à un.

 

Zeitgeist: the movie (1)

(2007)


 
 
      Le tout premier Zeitgeist est divisé à trois parties qui, au premier abord, semblent complètement déconnectés. J'ai détesté l'introduction, j'ai même sauté les premières minutes...
     La première partie "The greatest story ever told" (la plus grande histoire jamais racontée) parle de religion. Plus spécifiquement, elle regarde le texte saint des Chrétiens pour faire des parallèles avec d'autres religions beaucoup plus anciennes, ainsi que des mythes astronomiques. Peter Joseph étant états-unien et les États-Unis étant très proche de l'église, c'est la partie la plus discutée et la plus discutable (la moins intéressante de toute la série, à mon avis, pour qui n'est pas un ferme croyant).
     La deuxième partie "At the world stage" (sur la scène du monde) relate les événements du 11 septembre au travers de témoins des faits, sur la tangente que ces événements auraient soient été orchestrés par (ou du moins, laissé faire par) le gouvernement états-uniens lui-même. Le but serait de plonger l'Amérique dans la peur, avoir une excuse pour partir en guerre... et en tirer des profits.
     La troisième partie "Don't mind the men behind the curtain" (ne vous souciez pas de l'homme derrière le rideau) discute plutôt du système monétaire malsain, du pouvoir trop grand des banques sur la population autant que sur le gouvernement lui-même et les vices que crée un tel système.

     Ce film, à la racine du mouvement, est le moins intéressant, à mon avis, des trois. Il reçoit souvent la critique d'être un peu trop propagandiste. Pourtant, on y trouve une recherche incroyable de vidéos et d'entrevue pour démentir le sujet du 11 septembre à tout le moins. Pour avoir vu les trois, c'est celui que je recommande le moins, par contre je trouve qu'il coule la base pour les autres.
     Les autres par contre, sont des « must see ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire