Idées Vertes 3: Objectif "Zéro déchets"

1ère écriture: 14 Décembre 2012
2ème édition: 7 Février 2013

     Le recyclage était nécessaire. 
     L'idée du recyclage qui n'est pas la solution à tous les problèmes m'est apparue lorsque j'achetais des pots de yogourts. Cette marque (la moins cher dans le biologique) était emballée d'un type de plastique qui n'étaient pas accepté dans le recyclage local (pendant que j'avais bonne conscience en les rinçant et les déposant au recyclage, ils finissent pourtant bel et bien aux poubelles).
     Puis, un jour je me suis demandé: « Si les pots de yogourts en format individuel sont pratique pour les lunchs apportés, pourquoi pas acheter un pot grand format et tout simplement servir dans un bol ou un pot de plastique réutilisable pour l'emporter? » Les grands pots de yogourts ont aussi un côté pratique: j'aime les garder pour les réutiliser. Ils deviennent... un pot pour les crayons, pour les pinceaux, ou encore un pot pour partir une nouvelle plante.

     Avec le temps, je suis devenue de plus en plus consciente de l'emprunte des déchets des produits que nous achetons sur l'environnement. J'ai trouvé des produits biologiques qui, côté alimentation, étaient très bien, mais arrivé à la logique de l'emballage, ils n'étaient pas tellement écologiques (exemple: une boîte de biscuits où chaque biscuit est emballé individuellement d'un film de plastique ou encore, une bouteille de shampoing impossible à ouvrir au complet qui fait qu'on ne peut utiliser ce qui reste dans le fond de la bouteille).
     En gros, biologique n'égale pas écologique...
     J'ai donc compris qu'avant le recyclage, il y a le choix conscient des produits... avec leur emballage. Dans le meilleur des monde, je pense que je créerais une épicerie de produits en vrac où on se rend avec des paniers, des pots de verre et de plastique vides pour les remplir autant d'aliments frais (fruits, légumes, produits animaux, etc.), aliments séchés (riz, gruau, orge, sarrasin, légumineuse, noix, graines, etc.) que de produits cosmétiques ou ménagers (shampoing, savon de lessive, etc.).

     Dans ma démarche pour atteindre un style de vie avec le moins de déchets possible, par le choix des produits à l'achat, la réutilisation, le compostage et le recyclage, j'ai trouvé cet article: 

« Les Johnson : un couple, deux enfants et zéro déchet depuis trois ans »

     J'ai adoré! :) J'ai trouvé ces démarches très inspirantes. Comment aller encore plus loin et tenter d'atteindre « zéro déchet », le mode d'emploi mis en pratique! Depuis, pour presque tous les éléments quotidiens, je remets en question comment je pourrais faire mieux. Un bel objectif à atteindre! :)


Ajout du 7 Février 2013

     Je suis tombée aujourd'hui sur cette vidéo de 20 minutes en anglais, intitulée "Recycling sucks!" (Le recyclage, c'est de la merde!), de Garth Johnson.
« Les trois "R": Réduire, Réutiliser, Recycler... Avez-vous remarqué comment recycler est toujours le dernier? Avec raison, le recyclage devrait être le dernier ressort. »
     Garth fait un bel exposé sur l'histoire de la réutilisation. Depuis les statues de bronze des grecs recoulées en arme de guerre, les amphores romaines réutilisées dans l'architecture ou comme sarcophage pour les pauvres, les statues resculptées à l’effigie des nouveaux maîtres de Rome.
     Garth pointe ensuite d'autres solutions de réutilisation de la génération suivant les guerres mondiales.

Nos grands-parents les écolos

    Effectivement, les générations avant ce siècle de surconsommation, nos aïeuls étaient de grands réutilisateurs. Les produits de leur époque duraient déjà plus longtemps qu'aujourd'hui, puisqu'ils ont vécu avant l'ère de l'obsolescence programmée. Donc, déjà, les vêtements pouvaient être donnés sans avoir l'air usagés (la mode elle-même ne changeait pas aussi rapidement qu'aujourd'hui). Mais ensuite, le lait était distribué quotidiennement porte-à-porte dans des bouteilles de verre. On laissait les bouteilles de la veille sur le perron, pour que le laitier les reprennent, les stérilisent à l'eau bouillante, puis les redistribues.
     C'était une époque où chacun faisait son café à la maison, et le buvait dans une tasse de céramique lavable (et non acheté chez Tim Horton ou Starbuck café, et consommé dans un verre de carton ou de styromousse, qui sera jeté après un seul usage). La viande était emballé dans du papier (et non dans du styromousse et plastique). Les gens qui ne vivaient pas en ville était plus nombreux et étaient plus près de la terre; ils savaient conserver leurs produits du jardin dans des jarres réutilisables. S'ils avaient à aller au "magasin général", ils repartaient avec leur achats dans des paniers d'osiers, ou des sacs tissés (jamais dans des sacs de papiers ou de plastiques jetables après un usage). Les exemples sont innombrables!
     Sommes-nous devenus les "homos poubellus"? Nous créons des vêtements, des meubles, de électro-ménagers, électroniques, etc. et plus le temps avance, plus ces objets brises rapidement. Et pour être certains de nous avoir dans l'étau de la surconsommation, on a inventé la mode pour que, si ça ne brise pas, ça passe mode. Tous ces cellulaires que l'on jette pour un "avec plus de gadgets", ou une batterie qui dure plus longtemps, ou... (peu importe), alors que l'ancien était encore fonctionnel (mais avait l'air un peu vieux)... Quelqu'un disait (j'ai perdu la référence; je lis et visionne plus de choses que j'ai le temps de les écrire) :s que si nous continuons à ce rythme, simplement en 2050, il ne restera plus assez de matériel sur Terre pour fournir tous les cellulaires en batterie au lithium. Ce n'est pas un manque d'expertise de notre part, mais plutôt, par design voulu, que toutes ces choses se brisent!
     Nos grands-parents et les générations précédentes étaient des écolos... ou plutôt, ils étaient "sensés", et nous sommes devenus "insensés" et dans un monde de poubelles à l'infini, il faut absolument devenir écolos. 




Mais alors, quoi faire?

     Il y a milles et une chose que nous pouvons faire. Chacun, nous avons un talent particulier, unique. Quelque chose que nous aimons faire et qui pourrait s'inscrire dans un nouveau cycle pour "changer le monde". Personne -- seul -- ne pourra changer le monde, mais si chacun, on fait ce petit quelque chose d'unique qui nous fait chaud au cœur, ensemble, on y arrivera.
     Prenez par exemple cet artiste mexicain, Pedro Reyes. Depuis des décennies, on dit que les artistes ne foutent rien de productif, on entend que ce sont des bons à rien, des "BS" (étant entre autre artiste, je les ai entendu plusieurs fois). Pourtant, Pedro Reyes, à sa façon, s'inscrit dans le mouvement pour changer le monde. Il a rencontrer les familles respectives de personnes décédés par arme à feu, dans la ville mexicaine de Culiacán connue pour avoir le plus haut taux de décès par armes à feu. De ces familles, il a amassé 1,527 armes à feu, qu'il a refondue en pelles à jardin, utilisées ensuite pour planter 1,527 arbres (au moins!)
   Un peu à l'image des « trucs qui pourrissent, qui peuvent être transformé en compost et redonner vie », il a utiliser un fort symbole de mort, l'arme à feu, pour le transformer en symbole de vie. (Voir ici l'article complet)


     Il existe, par exemple, des pages sur Facebook comme "Different Solutions" avec milles et une astuces pour transformer... des palets de bois en meuble, des bouteilles en... serre ou en bateau, comment transformer un meuble de télévision en jeu de cuisine pour enfant.
     Mon grand-père disait toujours: "La limite, c'est le ciel!" Plus tard, j'ai appris qu'après le ciel, il y a le cosmos. ;o)  En fait, la limite, c'est notre propre imagination. Les solutions, il y a pour qui sait oser!

Mieux encore?

     Je vous laisse avec cette pensée (ci-bas) de ce qu'est « déchet zéro » à mes yeux: prenons Mère Nature comme enseignante:


***

Les autres articles « Les Idées Vertes »:

  1. Les pelouses
  2. Les voitures à l'eau
  3. Objectif "Zéro déchets" 
  4. Le chanvre, écologique et multiusages 
  5. Maisons écologiques: « Qu'est-ce qu'un Earthship? »
  6. Charte de "compagnonnage" pour la planification de jardin.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire