Le dépistage alternatif du cancer (6)

Suite de :

     Un garçon de 15 ans, Jack Andraka, a trouvé un test de dépistage du cancer du pancréas, des poumons et des ovaires, grâce à un projet d'école et des recherches faites sur Google et Wikipédia.  Le test coûte 3 sous l'unité, se réalise en 5 minutes et dépiste à 90% ces cancers. 
   Ce n'est qu'un jeune du secondaire, mais étant enthousiaste, curieux et bien-intentionné, et après 200 demandes (dont 199 refus et 1 «peut-être»), il a été parrainé par l'Université John Hopkins aux États-Unis et par le Dr Anirban Maitra qui lui a fourni l'accès à un labo, pour un projet de science (du secondaire). 
     Le jeune Jack s'est intéressé au cancer du pancréas après la mort de son oncle. Comme il le dit lui-même (dans la vidéo ci-bas): « Au début de ma recherche, je ne savais même pas que j'avais un pancréas! » La première chose qu'il a appris à propos du cancer du pancréas, c'est qu'on en meurt souvent parce que ce type de cancer est dépisté trop tard. Andraka s'est spontanément posé la question « pourquoi? ».
     Au bout de sept mois de recherches, Jack a développé un test aussi simple qu'une languette de papier sensible, ce qui lui a valu plusieurs prix émérites, soit le grand prix Intel Science Fair et le prix Gordon E. Moore. Selon Intel, la méthode utilise les niveaux de mésothéline, un biomarqueur du cancer du pancréas, dans le sang et l'urine. Son travail a donné des résultats probants avec plus de 90 % de détection de la mésothéline. Le jaugeur coûte 3 cents et il faut 5 minutes pour connaître le résultat.
Voir la vidéo explicative TEDx (en anglais, 9 minutes)


     Pour faire sa recherche, Jack Andraka a utilisé comme source d'information... l'internet! Google et Wikipédia, avoue-t-il lui même.

*

     Intriguée par ce brillant jeune homme, j'ai tenté d'en savoir un peu plus... grâce à Google! Et je suis tombée sur cet article (en anglais): « Comment Aaron Swartz a pavé le chemin pour le test révolutionnaire de Jack Andraka.» Et c'est là que toute cette histoire prend un twist... citronné.
« La percée de Jack Andraka pour le test de dépistage du cancer du pancréas n'aurait jamais vu le jour si ce n'avait été des accès enligne des journaux -- que le gourou de l'internet Aaron Swart a promu juste avant sa mort. Andraka a "religieusement" utilisé des journaux académiques gratuits, des articles qui auraient coûtés 35$ pour environ une dizaine de pages.»
      Pour ceux qui ne connaissent pas l'histoire, Aaron Swart
 un autre jeune homme, 27 ans, brillant, mais lui, côté informatique était un défenseur de l'internet qui a téléchargé 4.8 millions d'articles scientifiques (presque tout le catalogue de JSTOR) illégalement, pour les mettre gratuits sur internet. Il était en poursuite judiciaire, menacé de 30 ans de prison pour cet acte. On le retrouve mort par pendaison le 11 janvier 2013. Certains disent que c'est un suicide, mais d'autres se questionnent s'il n'aurait pas été assassiné.

     Selon l'article mentionné ci-haut
« Comment Aaron Swartz a pavé le chemin pour le test révolutionnaire de Jack Andraka.»... Andraka serait donc tombé sans le savoir sur les fichiers "offerts" par Swartz.

 * 

     Tout ceci pour conclure: si l'on voit où ces fichiers ont menés un jeune homme de 15 ans bien intentionné, imaginez ce que pourrait faire l'HUMANITÉ avec ces documents, gratuits! Tout ne peut pas être gratuit dans la vie, vous me direz, mais n’empêche. À force de mettre un prix à tout, je trouve qu'on ralentie le progrès (alors qu'on nous dit que pour avoir du progrès, il faut beaucoup d'argent!)

Pour voir les suites:

Documentaire: How can permaculture save humanity and the Earth, but not civilisation.


     Plutôt une conférence ou une lecture, qu'un documentaire, voici une vidéo (en anglais) d'une heure, de Toby Hemenway, dont le titre se traduit par « Comment la permaculture peut sauver l'humanité et la Terre... mais pas la civilisation ».

     Toby Hemenway commence avec le mot qu’on entend partout de nos jours « sustainability » ou « développement durable ». Il fait un court éventail des différentes significations qu’on lui donne et laquelle il préfère personnellement, soit la régénérescence.
     Il nous fait ensuite une récapitulation de l’histoire de la civilisation depuis le début de notre « culture » humaine, à partir du moment où l’humain a commencé à se distinguer de l’animal. Au-travers de l’histoire connue de l’humanité, la Mésopotamie ou le « berceau de la civilisation », la Grèce antique, la Chine antique, toutes les cultures passée qui se sont développées grâce à l’agriculture. Laquelle peut nous servir de modèle? Est-ce possible de faire une « agriculture durable »? Pour combien de temps encore pouvons-nous poursuivre comme nous le faisons présentement? L’humain est agriculteur depuis dix milles ans et si on regarde autour de nous, il ne semble pas nous rester un autre dix milles ans… Est-ce possible de pratiquer l’agriculture sur une très longue période de temps au même endroit? Il nous faut identifier le problème, pour ensuite trouver des solutions. Pourquoi l’agriculture désertifie-t-elle la Terre?

      Environ la moitié de la vidéo traite de l'histoire de l'humanité sur différent angle de l'agriculture. Comment les grands peuples ont évolués au-travers de l'agriculture, jusqu'à aujourd'hui, après les « révolution verte » des années 1970, l'ère de la nourriture fournie par le pétrole. Les parallèles sont fort intéressants.
     Ensuite vient la partie, tout aussi intéressante, sur la permaculture elle-même et les solutions possible, à notre portée, pour répondre aux questionnements du début de la présentation (que j'ai retranscrit et traduit ci-haut).

     J'aimerais sincèrement être en mesure de, minimalement, sous-titrer les vidéos que je vous propose, surtout celles sur la permaculture et axées sur les solutions constructives (si vous êtes sur ce blogue, c'est que vous avez déjà un certain "éveil" des enjeux d'aujourd'hui et fort à parier que vous chercher des solutions, vous aussi!) Je manque de temps pour simplement écrire les articles, j'en aurais (pour l'instant) encore moins pour traduire, mais à moyen terme, ça fait partie de mes objectifs. :)
     En attendant, pour qui comprend l'anglais et qui s'intéresse à la fois à la permaculture, je vous suggère cette petite heure vidéo.