2.b) Visualisation des hameaux

     Pour faire suite au concept global de l'écovillage, voici une prévisualisation simple que j'ai fait pour illustrer mon idée d'urbanisme de l'écovillage que j'entrevoie. Comme je l'ai déjà dit, je ne suis pas une spécialiste de quoique ce soit, donc cette représentation reste naïve et nécessite d'être réviser par des professionnels (urbaniste, notaire, architecte et autres spécialistes législatifs, spécialistes du bâtiments, etc.). Elle n'est ici qu'à titre d'exemple, pour l'illustrer l'idée que j'ai en tête.

Hameau à six terrains

      Voici donc un hameau de six habitations, avec un espace commun au centre. Pour composer le village entier, il y aura plusieurs hameaux autour d'un centre commun plus grand encore (voir les autres images).
     La division du terrain se fait sur une grille hexagonale, pour faciliter le dessin des espaces circulaires. Les dimensions peuvent être ajustées en fonction des désirs et besoins des résidents (à voir par projets); je répète que ceci n'est qu'une illustration à titre d'exemple.
   


     A. Selon le schéma présenté ci-haut, il s'agit d'un territoire d'environ huit acres, dont environ 38% est boisé et le reste est en « paysagement nourricier » (de l'expression anglaise «edible landscape»; pour en savoir plus, je vous suggère cette vidéo d'une conférence TED Talk sur le sujet (en anglais et sous-titré en français) et qui a été une de mes plus grandes sources d'inspirations à l'origine de mon projet!)

     B. Un terrain résidentiel d'environ un demi-acre carré. Cet espace est la propriété des résidents. Peu importe la direction de la rue ou du hameau, les maisons font toutes face au Sud (et le mur Sud de la maison doit être doté d'une importante fenestration, ou d'une serre), pour maximiser l'énergie passive du soleil. Selon l'image ci-haut, une seule résidence privée style "unifamiliale" figure par terrain, mais rien n'empêche de faire des maisons en semi-détachés ou style "maisons de ville" (maisons plus petites en rangés) ou autre.

     C. Un espace commun, dont les six résidents du hameau peuvent se partager (espace et coûts) pour y installer ce dont ils ont besoin: jardin potager, serre commune, verger, parc d'enfant, piscine, étangs, poulailler, espace de stationnement supplémentaire, etc. Ils sont d'environ deux acres carrés. Selon cet exemple, l'espace commun de ce hameau est quatre fois plus grand que les terrains résidentiels.

      D. Autour des résidence, c'est boisé, pour assurer une intimité maximale des résidences. Le boisé est à la propriété de l'écovillage tout entier et devient un espace de partage pour les résidents. 

      E. Des sentiers pédestres, des pistes cyclables ou de ski de fond... ou des sentiers équestres ou des pistes de traineaux de chiens! ...peuvent être aménager selon le désirs des résidents du village en périphérie des résidences.

Un village à plusieurs hameaux




    A. Selon le schéma présenté ci-haut, huit hameaux de six terrains résidentiels sont réunis autour d'un grand terrain commun central. Il y aurait pu en avoir six ou douze... pour l'exemple, j'ai choisi huit. Il s'agit d'un territoire d'environ 140 acres (chiffre approximatif et arrondi), dont environ 30 à 50% est boisé et le reste est en « paysagement nourricier ». (Ceci est applicable pour le « coeur du village », mais le boisé peut être plus grand à l'extérieur du « coeur », selon le désir et intérêts des résidents).


     B. Un des huit hameau, d'environ huit acres chacun et de six terrains résidentiels chacun (tel que vu sur l'image précédente), et un terrain commun au centre pour les résidents avoisinants.

     C. L'espace entre les hameaux est boisé. Cette petite forêt à plusieurs avantages: couper le bruit de la circulation des voitures, rendre les lieux résidentiels plus intimes et plus tranquilles, en plus de pouvoir y aménager des sentiers pédestres, des pistes cyclables, ou de ski de fond... ou des sentiers équestres, selon le désir des résidents du village. Sans oublier que la forêt, c'est toujours magnifique, accueillant; sous ses feuilles, la chaleur abrupte de l'été est réduite, mais les grands froids d'hivers aussi en coupant le vent.

     D. Au centre du « coeur du village », un nouvel espace commun d'environ trente-deux acres. Selon le nombre de résidents et des besoins de ceux-ci, cet espace commun pourra abriter une fermette, des vergers, des paysages nourriciers, une serre commune plus grande, un semencier... Lorsque le nombre de résidents est suffisant, il devrait aussi contenir un centre communautaire, où se tiendra les assemblés, les événements spéciaux, les activités pour les jeunes ou les aînés. Il pourrait aussi y avoir le marché public, un petit magasin général pour les résidents, une garderie pour les tous petits, une piscine publique ou des étangs, les éco-entreprises, restauration, des stations de charge pour les voitures électriques, les activités touristiques, etc. Voir l'article sur le Concept Global pour d'autres idées à quoi le coeur du village pourrait servir.

     E. Pour ce qui est des routes et de la logistique urbaine, je répète que c'est un exemple et je n'ai aucun doute que les routes pourraient être mieux pensées. Par contre, je reste convaincue que dans un tel village, l'urbanisme devrait être pensé en fonction de limiter les déplacements en voiture à l'intérieur du village et mettre en avant les déplacements à pieds, à vélo, en chaise roulantes électriques, etc., pour une approche écologique et santé maximale.

     En dessinant le schéma sur une base circulaire, plus le centre est grand par rapport aux hameaux, plus il est possible de mettre de hameaux autour du centre commun. (La même idée s'applique pour le hameau en soit, plus les terrains résidentiels sont petits par rapport au centre commun et plus il pourrait y avoir de terrains pour un même espace commun).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire