Les troubles du spectre de l'autisme

Cet article est paru dans la revue gratuite Vitalité Québec - Octobre 2014 - No 178, écrit pas Marie M. Breton, ND.A. que j'ai trouvé au supermarché Avril de Brossard.


(Comme j'ai copié l'article d'une revue imprimée, j'ai fait personnellement le choix des illustrations pour cette parution. Les fiches des signes et des symptômes ont été tirées de l'anglais; j'ai pris soin de les traduire moi-même).

     On entend de plus en plus parler de l'autisme, du trouble de spectre autistique (TSA) et des troubles envahissants du développement (TED).


     Selon l'American Psychiatric Association, les troubles du spectre de l'autisme (TSA) sont caractérisés par un déficit persistant dans la communication et l'interaction dans différents contextes ainsi que par des comportements, des champs d'intérêts ou des activités restreints ou répétitifs. Il peut s'agir entre autres d'un discourt ou de mouvements répétitifs ou stéréotypés, d'une adhérence inflexible aux règles, de comportements ritualisés ou d'une résistance au changement.
     Les troubles du spectre de l'autisme incluent l'autisme, le syndrome d'Asperger et les troubles envahissants du développement non spécifiés. Il est de plus en plus préoccupant de savoir qu'au Canada, 1 garçon sur 54 et 1 fille sur 252 sont atteints d'un trouble du spectre de l'autisme. Les TSA sont donc cinq fois plus fréquents chez les garçons que chez les filles (Center for Disease Control, 2012).
Aligner des objets est un comportement occasionnel du TSA.
     Cette croissance fulgurante est attribuable à quatre facteurs: 1) un certain nombre de personnes atteintes d'un TSA aujourd'hui auraient reçu un diagnostic différent auparavant; 2) d'autres auraient subi l'omission diagnostique, c'est-à-dire que les enfants n'ayant reçu aucun diagnostic par le passé reçoivent aujourd'hui un diagnostic de TSA; 3) l'élargissement des critères diagnostiques; 4) et enfin, la réelle cause de cas (1). Ce dernier facteur est inquiétant! En ce moment, les causes précises de l'autisme demeurent peu connues. Toutefois, si les facteurs environnementaux restent à être validés, plusieurs études étiologiques prouvent une base génétique prédominante au TSA (2).
     Comme le mentionne l'organisme Autism Speaks, toute intervention précoce (c'est-à-dire au cours des cinq premières années de vie, lorsque la plasticité cérébrale est importante) pourrait améliorer significativement le fonctionnement de la plupart des enfants atteints (Autism Speaks, 2012; Nachshen et collab. 2008). Dans cet ordre d'idée, l'approche naturopathique étant multifactionnelle, les points suivants seront pris en considération.

Troubles gastro-intestinaux

     Outre les symptômes touchant le système nerveux, les troubles gastro-intestinaux sont très présents chez les gens atteints de TSA, touchant jusqu'à 85% d'entre eux (Autism Speak, 2012). L'intestin est le plus grand organe du corps humain et participe à de multiples fonctions. Il est constitué du microbiote, autrefois appelé « flore intestinale », mais aussi de celles se trouvant dans tout le système gastro-intestinal (estomac, selles, etc.). Ce microbiote constitue le plus grand réservoir du microbiome de l'organisme humain. Il est essentiel à l'assimilation des nutriments, participe à la régulation de certains neurotransmetteurs, à la régularisation de l'immunité, à la fermentation des fibres alimentaires et à la production de certaines vitamines du groupe B. C'est pourquoi une flore intestinale saine est essentielle pour être en santé. De plus en plus de recherches parlent de l'intestin comme étant le deuxième cerveau humain.
     Une dysbiose, c'est-à-dire un changement dans la composition ou la stabilité des populations bactériennes de l'intestin, peut être due à des intolérances alimentaires, à une prolifération des levures ou de bactéries pathogènes, à la prise d'antibiotiques, à une intoxication aux métaux lourds, etc. L'utilisation quotidienne d'un mélange de probiotiques contenant diverses souches de bactéries amies (lactobacilles, streptocoques et bifidobactéries) permet de réensemencer cette flore si précieuse et peut diminuer les symptômes d'un TSA. Du côté alimentaire, le tempeh, la boisson « kombucha », la choucroute(3), le miso et le kéfir sont les meilleurs choix d'aliments, puisqu'ils renferment une grande quantité de bonnes bactéries.

Fiche de symptômes du TSA


Métaux lourds

     Une hypothèse soutient que, chez l'autiste, la capacité naturelle de l'organisme à se débarrasser des métaux lourds serait réduite à la suite d'un polymorphisme génétique. Il pourrait y avoir une relation causale (directe ou indirecte) entre l'exposition du cerveau aux métaux lourds et certains symptômes de l'autisme. Ces métaux sont apportés (éventuellement in utero) par la nourriture, l'eau, les amalgames dentaires, certains médicaments, les vaccins ou l'air inhalé. La toxicité des métaux lourds pour le cerveau pourrait expliquer, du moins en partie, la réponse cérébrale diminuée à la perception de la voix observée chez l'autiste(4).
     Ces métaux s'accumulent dans les tissus, perturbant leur développement, principalement dans le système nerveux, en particulier le cerveau. Les enfants présentant un taux plus élevé de métaux lourds dans leur cheveux sont ceux qui, plus tard, réussiront le mieux les tests de coordination et le test de Boston évaluant les capacités cognitives. Il est normal de retrouver du mercure dans les cheveux des sujets sains, car ceux-ci éliminent le mercure provenant de l'environnement, de l'eau, des résidus d'amalgames de la mère, etc.

Problèmes métaboliques

     Le glutathion est l'antioxydant intracellulaire le plus important. Le glutathion joue un rôle essentiel dans la détoxication des métaux lourds et de certains polluants, ainsi que dans la régulation des lymphocytes T, dans l'intégrité de l'épithélium intestinal et dans la fonction mitochondriale. La synthèse du glutathion nécessite un acide aminé appelé « cystéine ». En outre, les personnes atteintes de TSA présentent des taux de cystéine inférieurs d'environ 29%. De plus, les enfants autistes sont plus à risque d'éprouver des problèmes en ce qui a trait au transport des folates réduits (vitamine B9), alors qu celle-ci jour un rôle essentiel dans la reméthylation de l'homocystéine en méthionine (James, 2006). Cette action métabolique est très importante pour assurer une bonne détoxication hépatique et la prévention des troubles cardiovasculaires, mais aussi pour éviter les dommages oxydatifs.

     Il est essentiel que nous puissions utiliser la science actuelle afin d'aider les nombreuses familles touchées par l'autisme. Il est également très important de pouvoir travailler en se fondant sur un paradigme qui tient compte de cette réalité. Plusieurs autres facteurs seront aussi à prendre en considération, comme la régulation des neurotransmetteurs, l'équilibre des acides gras, des vitamines et minéraux, ainsi que la fonction mitochondriale et les fonctions métaboliques. Cette approche permet de changer le paradigme voulant que l'on ne puisse rien faire poutre traiter efficacement les troubles du TSA, et par le fait même améliorer la qualité de vie de ces enfants et de leur famille.


Références
(2) Miles, J.H., « Autism spectrum disorders - a genetics review », Genetics in Medicine, vol. 13, No 4, 2011, p.278 à 294.
(3) Note (ajout) personnel: la choucroute ancestrale en lactofermentation (et non celle au vinaigre!)
(4)  http://fr.wikipedia.org/wiki/Théories_de_l'autisme_et_des_troubles_envahissants_du_développement

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire