Vision stratégique 2035 – Journée citoyenne

     Ce samedi, se tenait à ma municipalité de St-Bruno-de-Montarville, une journée citoyenne "Vision stratégique 2035" à laquelle je tenais à assister. Et ce fut un événement encore plus grand que mes espérances les plus utopiques: j'étais aux anges! 

Récapitulons...

Automne 2014

       Pendant que ces derniers mois, ce blogue traînait vers l'abandon, mes idées, elles, continuaient de fourmilier comme toujours. L'automne 2014, mon groupe et moi avons été visiter des terres en Outaouais pour un potentiel lieu d'implantation de nos idées d'éco-communauté. Cela nous a aussi permis de nous asseoir ensemble et de mettre à jour nos défis personnelles selon nos différents enjeux de vie et avoir une vision plus globale pour ce projet. 

Hiver 2014-2015

     Puis, l'hiver qui a débuté très tôt en 2014 et plusieurs membres du groupe sont partis en voyage (dont un qui est parti pour plusieurs mois), nous n'avons pratiquement pas échangé du tout.
    Par contre, de mon côté avec mon conjoint, nous avons beaucoup discuté de ce projet. La première chose qui nous est apparue comme une évidence, c'est la fait que partout où l'on regarde, les éco-quartiers sont principalement tous instaurés par des promoteurs de constructions, ce sont des nouveaux développements résidentiels (le marcher immobilier ayant explosé, il souvent un peu onéreux pour la classe moyenne et hors d'attente pour la plupart des jeunes adultes) et un questionnement qui commençait beaucoup à me chatouiller, c'est: Que fait-on avec ce qui est déjà construit? Est-ce une cause perdue? Doit-on tout raser et recommencer à neuf? N'a-t-on rien appris de nos 20 ans de recyclage?
     L'autre désavantage des éco-quartiers de promoteurs, c'est qu'autre le fait que les maisons soient plus écologiques, l'idée générale reste souvent de "chacun chez-soi, dans sa maison cellulaire", donc chacun sa tondeuse, chacun sa piscine, son jardin, son cabanon pour tous les outils qui ne servent qu'à l'occasion... Donc, très peu de vision au niveau de la communauté, ce qui est en conflit directe avec l'idée que je poursuis avec le Dragon Vert et mon groupe d'intéressés.

Conclusion des réflexions

     Au cours de l'hiver, mon conjoint et moi devions nous rendre à l'évidence de plusieurs points:
  1. Dans les environs de la rive-sud de Montréal (mais c'est aussi vrai pour la rive-nord; nous avons déjà regardé), les prix des terrains est très élevé. Nous ne sommes pas riches... donc dans l'incapacité d'acheter une grande terre par nous-mêmes et les projets de promoteurs ne sont pas assez proche de nos moyens et besoins communautaires.
  2. Nous avons une enfant qui a besoin d'orthophonie et d'ergothérapie. Les listes d'attentes sont souvent longues pour ce type de service et c'est pire une fois l'enfant entrée à l'école (les listes favorisent les enfants d'âge préscolaire). Donc, cela nous crée une grande incertitude à l'idée de déménager en-dehors du cercle de "papa qui travaille à Montréal" et notre centre d'orthophonie et ergothérapie.
  3. Plus important que tout, à la lumière du point #2, personnellement, j'ai dû me rendre à l'évidence que j'aime beaucoup St-Bruno, car quoique imparfaite (car construit selon l'ancien modèle que je considère aujourd'hui désuet), il y a plusieurs points très forts ici. Comme la proximité de la nature (avec le parc national de St-Bruno), les parcs sont magnifiques, les arbres sont matures et il y en a vraiment beaucoup, sans parler que c'est l'une des villes que j'ai vu qui a déjà une belle vie communautaire.
     Donc, la conclusion de notre réflexion, c'est que dans l'immédiat, le rêve de l'éco-communauté n'est peut-être pas possible selon nos moyens... peut-être l'envisager à moyen terme, plutôt qu'à court terme (ça me déchire le cœur de devoir l'admettre... et l'écrire ici!) :(  et comme notre propriété, un quatre et demi, est rendu très serré pour une famille avec deux jeunes enfants, on s'est dit qu'à court terme, peut-être regardé pour changer de propriété pour quelque chose de plus grand, avec terrain pour que je puisse débuter un jardin et un atelier pour que mon conjoint puisse débuter la pratique de la forge ancestrale comme il rêve... et continuer bien sûr les projets pour ce milieu éco-communautaire rêvé, mais sur une échelle de temps plus grande.

Journée citoyenne de St-Bruno

     Puis, avec l'arrivée du printemps, la toute nouvelle administration de la mairie de St-Bruno (je pense!) organise une consultation citoyenne pour prendre le pouls de la population envers différents projets. J'étais un peu démoralisée suite à cette conclusion, mais comme vous pouvez le voir sur l'horaire de la journée, à 11h, "Présentation suivie d'une discussion: Sujet : Les écoquartiers : un modèle pour Saint-Bruno?" et c'était là que je voulais être Samedi!

     Invités spécial pour la présentation: Adèle Pavageau de Vivre en ville. 45 minutes de bonheur pur!

Objectif éco-quartier

     Je n'ai pas eu le temps encore de feuilleter en profondeur (j'ai un ordinateur sur la table d'opération... j'écris ceci sur un ordinateur emprunté...), mais je pense que le document objectif éco-quartier est l'explication détaillée de cette présentation.
     Pour tenter une synthèse, Mme Pavageau nous expliquait combien notre urbanisation aujourd'hui est dysfonctionnelle, non-optimale, qui s’inscrit dans une dépendance à la voiture et qui n'est pas à l'échelle humaine. La présentation parlait de:
  • Réduire l'étalement urbain: comment occuper l'espace d'une manière intelligente, saine autant pour l'activité humaine que pour la nature, bien intégrée, en utilisation entre autre de la verticalité (3 à 5 étages);
  • Une densification "douce" à l'échelle humaine (exemple: le Manoir de St-Bruno au centre-ville, un nouvel édifice à commerces au bas (Familiprix, Lunetterie Iris, clinique de chiropractie et acupuncture à côté d'un centre de yoga, traiteurs, dentistes, etc.) et des condos pour personnes retraitées et autonomes aux étages);
  • Favoriser les déplacements actifs: favoriser l'espace piétonne et cycliste, raccourcir les trajets piétons en réduisant la dimension des îlots, en ajoutant des ruelles propres et végétalisées à l'intérieur des grands pâtés de maisons;
  • Limiter la place et la dépendance de la voiture: repenser le plan des rues à l'échelle humaine,  réduire les stationnements, ouverture des commerces sur la rue (les stationnements à l'arrière, ou espaces de stationnements communs, vertical? pour favoriser la promenade et la convivialité; articuler avec les transports en commun (travaille collectif entre citoyens, villes et compagnies de transports pour éviter les "hubs" pour mieux desservir la population (ex: prendre l'autobus à St-Bruno jusqu'au "hub" du Métro Longueuil (entre 15 et 30 minutes selon l'arrêt d'autobus), pour prendre l'autobus jusqu'à Ste-Julie, la municipalité tout juste de l'autre côté de notre montagne);
  • Gérer les interfaces avec la nature: avoir l'accès à pied à l'agriculture urbaine, faire ressortir les ruisseaux naturels (espace tampon pour le ruissellement pluviales qui éviterait les petites inondations urbaines) et qui pourraient être utilisé comme un espace piéton et pistes cyclables, avec bancs et parcs végétalisés;
  • Qualité énergétique des bâtiments, favoriser l'innovation énergétique
  • Penser aux plus vulnérables, planifié pour les besoins des familles, pour les besoins des personnes âgées, et ce, peu importe la saison, avec une meilleure gestion des quartiers, pour que chaque quartier soit un milieu de vie complet (éviter la centralisation, favoriser la proximité);
  • Diversité! diversité architecturale, diversité des promoteurs, diversité entre les espaces publics et résidentiels, diversité entre le bâtis et le naturel;

     Je vous jure! J'étais d'autant plus atterrée que cette présentation se donnait... chez-nous, dans cette ville où j'habite et où je souhaiterais rester! Mes solutions,  mes concepts... tout y était... avec un gros PLUS que je n'ai pas: l'urbanisation et tout le côté technique que sans formation académique ciblée dans cette matière, je marche un peu à côté de la réalisation concrète d'un tel projet.

    Je suis sortie en lévitation sur un nuage, un sourire béat, le cœur gonflé d'espoir et le moulin à idées dans ma tête complètement emballé! 
    Peut-on m'engager pour travailler sur ce projet à St-Bruno!?? 
   Peut-on m'engager pour travailler pour cet organisme Vivre en ville, qui est tout ce dont à quoi j'aspire et que je travaillais presque toute seule dans mon coin?? (avec l'aide biens sûr de plusieurs amis précieux! :P )

    Toujours autour de l'organisation de cet événement, les citoyens ont été invités à écrire un mémoire sur notre "Vision stratégiques 2035", alors excusez-moi, il me reste trois jours et demi pour le faire.
     Le matériel déjà écrit sur ce blogue me servira sûrement, et si j'ajoute du nouveau matériel, je l'afficherai ici plus tard! :)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire